popup
popup


Bestiaire


Belette pleureuse:Mustelidae lacriosis

Taille : De 20 à 24 centimètres de long pour une hauteur oscillant entre 5 et 8 cm à l’épaule

Poids : De 1 à 1,7 kg

Caractéristiques physiques : Cet animal a été placé dans la famille des mustélidés de part sa forte ressemblance avec les autres animaux connus de cette famille. Son pelage est généralement brun et devient blanc en hiver. Le bout de la queue, les oreilles et le museau restent noirs chez les femelles quelle que soit la saison. Autre signe permettant de distinguer les demoiselles des messieurs : la taille. Les femelles sont généralement plus grosses que les mâles et ont très mauvais caractère.

Espérance de vie : Peut vivre jusqu’à 15 ans mais cela ne survient que dans des cas rarissimes La plupart du temps ils ne vivent guère plus d'une dizaine d'années.

Reproduction : Toutes les femelles d’une même famille peuvent se reproduire. Elles choisissent leur mâle en se battant contre eux, seuls les plus forts parviennent donc à s’accoupler. Les portées sont généralement composées de trois à huit petits. Malgré l’agencement social particulier qui permettrait une coopération dans l’éducation des jeunes, chaque femelle garde jalousement près d’elle ses petits. En effet, si une famine survient celles qui ne sont pas capables de protéger leurs rejetons les voient dévorés par les autres. C’est la loi du plus fort et autant ne pas laisser ses enfants auprès d’une autre femelle qui pourrait très bien les manger vivants.

Comportement : Contrairement à la majorité de ses cousins plus ou moins éloignés, ces animaux vivent en groupe. Ils forment une famille soudée et si chaque femelle peut avoir une portée par an. Le plus intéressant concernant ces animaux est leur capacité aux vocalises. Ils sont capables d’imiter le cri de détresse de n’importe quel animal pour peut qu’ils l’aient déjà entendu. L’humain ne fait pas exception à la règle et ils sont capables de copier à la perfection des pleurs d’un bébé ainsi que les cris d’agonie d’un homme venant de tomber dans un piège quel qu’il soit. Capacité inutile ? Loin s’en faut. Lorsqu’un animal vient sauver son congénère il se retrouve pris dans un piège des plus élaborés. Une belette ne vous fera rien de plus qu’une vilaine morsure mais trente ? Même face à un carnivore entraîné elles sont capables d’infliger de terrible dégâts. La mort de certains de leurs congénères lors de ces attaques ne permet jamais de cesser la vague. La seule solution envisageable est la fuite. Si tant est que vous puissiez encore courir avec presque quarante kilos de fourrure sur le dos. Néanmoins, isolés, ces animaux ne sont absolument pas dangereux. Si leur chaire est dure et peu goûteuse leur fourrure est chaude et d’une douceur appréciée par les tanneurs. Bien que ce soient des animaux méfiants des collets peuvent être suffisants pour une bonne prise.

Localisation : Les individus qui m’ont été donnés d’observer se trouvaient dans les contreforts montagneux Diroth à l’Est et Easwan au Nord. Ces animaux s’adaptent parfaitement aux conditions climatiques changeante et je ne serais pas étonné d’en trouver dans l’ensemble des massifs à moyenne altitude.



Les Dissipateurs:Lepus lLquet

Taille : 15 centimètres de haut pour 32 centimètres de long (dont 15 centimètres de queue)

Poids : Entre 700 et 850 grammes

Caractéristiques physiques : Cet animal possède deux grandes pattes arrière lui permettant d’effectuer des bonds impressionnants tandis que ses pattes avant semblent presque atrophiées. Leur pelage est majoritairement brun foncé bien que le ventre puisse être plus clair que le reste du corps chez certains individus. Aucun aspect physique ne permet de différencier le mâle de la femelle. Chaque individu possède une longue queue annelée, semblable à celle que possède les rats. A la différence de ces derniers, la leur ne possède pas même un faible duvet et est entièrement nue. Ces animaux possèdent deux grands yeux immenses qui leur permettent de capter le plus discret des mouvements. Leur ouïe est nettement moins développée et aucun appendice semblable à des oreilles n’a pu être détecté. Ces animaux ne semblent néanmoins pas sourds et des canaux auditifs doivent être présents bien que des recherches complémentaires soient nécessaires pour le confirmer. Leurs fosses nasales sont elles aussi dissimulées sur leur pelage. Notre théorie est que ne posséder aucune extension facile doit être un moyen de rendre leur camouflage plus efficace. La spécificité de cette espèce est sa capacité à se rendre invisible. En effet, leur derme sécrète une substance graisseuse particulière qui s’accroche à leur pelage et les rend ainsi invisible. Leur queue, non-pourvue de poils, ne se couvre que très partiellement de cette substance et, de fait, cette partie de leur corps reste sans cesse visible. Ils se servent de cette capacité d’une part pour échapper aux prédateurs et d’autre part pour chasser. En effet, ces petits animaux sont insectivores et peuvent rester immobiles pendant de très longues minutes, attendant qu’une proie peu précautionneuse passe à proximité.

Espérance de vie : Entre 2 et 5 ans

Reproduction : Les femelles se reproduisent durant le printemps et mettent bas d’une portée de 6 à 15 petits après deux à trois mois de gestation. De cette manière, la nourriture est abondante lors des naissances. Cependant, les jeunes peuvent parfois souffrir de déshydratation si la femelle n’a pas bien choisi l’emplacement de son nid. En effet, ces animaux sont des solitaires et les femelles et les mâles ne se croisent que lors de la reproduction. Une fois que l’accouplement a eu lieu, le mâle s’éloigne tandis que la femelle trouve un emplacement pour former son nid. Il s’agit généralement d’un trou creusé dans le sol par un autre animal. Les dissipateurs ne possédant pas de pattes leur permettant de creuser ils sont obligés de voler l’ancien abri d’une autre espèce pour survire. Après la naissance les jeunes restent avec leur mère pendant six à sept semaines. Lors des deux premières semaines les petits ne sortent pas du nid, la mère chassant pour subvenir à leurs besoins. Par la suite, les sorties permettent aux jeunes de découvrir leur environnement. Ce n’est qu’à partir de cinq semaines qu’ils deviennent capables de sécréter la substance particulière qui leur permet de devenir invisibles.

Comportement : Ce sont des animaux excessivement méfiants et très difficiles à repérer de part leur capacité à se rendre invisibles. Néanmoins, ils restent possibles à attraper pour un chasseur averti ayant la patience de les pister. La graisse recouvrant leur pelage peut être récupérer et être utilisée comme ingrédient dans une potion d’invisibilité. Au vu de la taille des animaux il faudra en compter une quinzaine pour obtenir suffisamment de matière. Certains chasseurs patients sont parfois parvenus à capturer un mâle et une femelle, créant de petits élevages. Ces derniers sont généralement dans des endroits tenus secrets du fait de la haute valeur ajoutée de la substance produite. Ces animaux parviennent, une fois la graisse retirée de leur pelage, à reformer une couche assez épaisse du produit au bout de quelques jours, le temps variant en fonction de l’âge de l’animal ainsi que de son degré d’exploitation.



Aigle des Cimes:Aquila altus

Taille : Peuvent atteindre jusqu’à 4,20 mètres d’envergures pour 120 à 170 cm de haut

Poids : 12 à 18 kg

Caractéristiques physiques : Ces oiseaux de grande taille présentent une envergure d’un mètre cinquante à deux mètres pour les mâles. Les femelles présentent un plumage uniformément gris, leur permettant de passer inaperçue contre les troncs lors de la période de nidification. Les mâles se parents de bruns plus foncés sur la tête ainsi que de couleurs rousses sur le dos. Les bouts de leurs ailes présentent souvent des marques blanches que ce soit chez le mâle ou chez la femelle.

Espérance de vie : 7 à 10 ans dans la nature, jusqu’à 15 ans en captivité

Reproduction : Ces oiseaux forment des couples qui existent toute leur vie durant, à moins que l’un des deux partenaires ne vienne à mourir. Les parades nuptiales ont lieu durant l’été pendant les mois de juillet et août, juste avant la période de reproduction. Une fois qu’un couple est formé les deux individus commencent à construire le nid qui abritera leurs œufs. Ils s’installent généralement en haut d’arbres très hauts tels les sicomores. Leurs nids restent des installations aux couleurs naturelles et discrètes bien que massives. Un arbre n’est généralement occupé que par un seul couple bien que des exceptions à cette règle aient été parfois relevées lorsque la densité de population était plus importante. En effet, la population a drastiquement décrue ces trente dernières années de part la pression de chasse exercée sur cette espèce associée à leur faible taux de natalité. Chaque année, une femelle ne va pondre qu’un à trois œufs. Ces oiseaux ne possèdent aucune capacité particulière et n’ont été chassés qu’à cause de leur chaire très goûteuse et fortement appréciée par les élites. Certains en font l’élevage mais c’est un métier à risque que peu ont tenté.

Comportement : Ces oiseaux sont majoritairement des charognards même s’il leur arrive parfois de chasser. C’est lorsqu’ils sont au sol, en train de s’alimenter qu’ils sont particulièrement vulnérables, incapables de repartir très rapidement dans le ciel du fait de leur masse importante. Ce sont des animaux particulièrement violents qui n’hésitent pas à s’en prendre à leurs congénères ou à des animaux plus forts qu’eux pour défendre leur progéniture ou leurs proies. Cela rend leur chasse assez délicate. Même s’ils sont plus aisés à prendre au sol leur bec et leurs serres en font des adversaires plus que coriaces. De plus, une fois que les juvéniles sont assez grands les deux parents partent en quête de nourriture et si vous parvenez à prendre l’un des deux membres du couple et qu’il se met à appeler le second vous feriez bien de vous mettre à l’abri. Rapidement de préférence. Ces animaux sont prêts à mourir pour assurer la subsistance des leurs.



Dragon des sables:Megalania spekii

Taille : 90cm au garrot et 3 à 4 mètres de longs en comptant la queue

Poids : 240 à 310 kg

Caractéristiques physiques : Ces reptiles ont hérité du nom de dragon de part leur taille mais ils ne représentent néanmoins aucun danger. Ces animaux paisibles se nourrissent majoritairement de crustacés et des poissons vivant près des côtes. Ce sont des nageurs experts mais ils s’aventurent rarement à plus d’une dizaine de kilomètres des plages, leur réel habitat. Ils possèdent un long corps écailleux aux teintes jeunes et ocres. Les marquages varient d’un individu à l’autre, leur permettant de se reconnaître entre eux. Cependant, pour un œil non-exercé les volutes parant leur corps semblent être similaires pour chacun. Leurs yeux possèdent une membrane rigide et transparente qu’ils peuvent déployer pour protéger leurs yeux lorsqu’ils se trouvent en mer ou lorsqu’ils creusent le sable. Ils possèdent des pattes partiellement palmées qui conviennent parfaitement à leur vie amphibie. De plus, si leur queue dardée de pics peut être une arme de défense lorsqu’ils sont sur le sable, elle est surtout un indispensable gouvernail lorsqu’ils chassent en mer.

Espérance de vie : 50 à 70 ans

Reproduction : Tous les individus du groupe sont autorisés à se reproduire de manière égale. En effet, la natalité est assez faible et seuls une poignée de jeunes naissent par an dans chaque groupe. La période d’accouplement se fait autour du moins de février pour les espèces les plus au sud mais elle peut être repoussée jusqu’en avril pour les animaux les plus au nord. S’il y a fécondation la femelle pondra un œuf unique cinq mois plus tard. L’œuf peut être couvé par plusieurs individus en fonction du caractère de la femelle qui l’a pondu. Mâles comme femelles peuvent se soumettre à cette tâche. Une fois l’œuf éclot un petit dragon d’une quinzaine de centimètres vient au jour et est nourri par la famille. La croissance est rapide et le jeune atteint la moitié de sa taille en seulement quelques semaines. Le processus devient plus lent par la suite à mesure que le juvénile apprend à chasser et à aider les siens. La maturité sexuelle n’est qu’aux alentours des 3 ans pour les femelles et des 4 ans pour les mâles. Cependant, chaque individu n’atteindra sa taille adulte qu’à ses 5 ou 6 ans en fonction des individus. Généralement, si un individu doit quitter son groupe il ne le fait pas avant l’âge où il atteint sa pleine croissance.

Comportement : Ils vivent sur les places ou dans les dunes et hibernent pendant les périodes les plus fraîches bien que les individus vivant le plus au Sud n’aient pas à adopter cette méthode de survie. Ce sont des animaux sociaux qui vivent en bande de dix à quinze individus, tous appartenant à la même famille. Les mâles ne sont pas obligés de quitter leur bande bien que beaucoup le fassent une fois arrivés à maturité sexuelle. Nous n’avons pas encore pu déterminer ce qui poussait les mâles à partir. De même, certaines femelles quittent leur famille pour rejoindre un mâle précis. Bien que les couples ne soient pas faits pour perdurer dans cette espèce, certains faits de ce type ont été reportés, attestant qu’il existe des exceptions. L’ensemble du groupe prend soin des jeunes et des plus anciens qui ne sont plus en mesure de chasser. Bien que paisibles, ces animaux sont assez bien protégés de la prédation grâce à leur organisation en groupe et aux écailles solides qui les recouvrent. De plus, leurs crocs sont suffisamment acérés pour la chasse et leur mâchoire assez puissante pour broyer des coquillages et autres crustacés, ils ne sont donc pas à sous-estimer. Certaines de ces écailles, récupérées sur des individus déjà morts la plupart du temps, peuvent être utilisées pour la création d’armure. Cela reste néanmoins un matériau délicat à travailler et peu d’artisans en sont capables. Certains dragons des sables ont pu être apprivoisés néanmoins assez peu de données ont été référencées à ce sujet et nous ne sommes pas en mesure de vous en donner une revue quelle soit complète ou incomplète. Des recherches supplémentaires seraient nécessaires pour séparer ce qui tient du mythe de ce qui est réel.



Cerf divinatoire:Cervidae deii

Taille : 1m90 à 2m20 au garrot Poids : 550 à 700 kg

Caractéristiques physiques : Cet animal ressemble fortement à son cousin le cerf commun. Son pelage est majoritairement brun avec le ventre, le dessous de la gorge et l’intérieur des pattes blanc. Les mâles portent eux aussi de grands bois lors du rut. Néanmoins, il est très facile de différencier un cerf divinatoire d’un cerf classique. Généralement, les divinatoires vivent parmi les hardes de cerfs « normaux » comme si de rien n’était. Cependant, sous la lueur de la lune, on se rend soudain compte que leur pelage se marbre de centaines de petites inscriptions. Ces dernières sont ce qui semble être des prédictions du futur. Le futur de qui ? Difficile à dire puisqu’il faut parvenir à s’approcher pour lire. De plus, une fois qu’il nous est possible de lire la difficulté ne décroit pas puisqu’il faut parvenir à déterminer de quelle langue il peut s’agir. En effet, la langue dans laquelle sont inscrites les prémonitions de ses animaux dépend du premier objet humain qu’ils aient pu croiser et de la langue de celui qui l’avait construit. Cet objet peut être n’importe quoi, une pointe de flèche, une corde, etc. De fait, certains se couvrent simplement de peintures rupestres, leur premier contact ayant été a priori celui avec ce que nous considérons comme une pièce archéologique. Leur corps se couvre d’une prophétie supplémentaire par solstice, soit deux fois par an. Personne ne peut prédire à l’avance ce que sera ladite prophétie, il a cependant été noté qu’elle comporte généralement soit des informations sur des personnes ayant eu l’occasion d’entrer en contact direct avec l’animal soit des informations sur les futurs événements climatiques. Nous supposons que ces animaux sont capables de prendre connaissance, d’une manière ou d’une autre, des informations qui couvrent leur corps et sont ainsi capables d’influencer le comportement de la harde dans laquelle ils évoluent.

Espérance de vie : Estimée de 80 à 110 ans

Reproduction : Leur cycle suit celui des autres cerfs et ils se reproduisent lors de la saison des chaleurs. Cependant, comme observé chez des individus albinos par exemple, leur différence leur donne l’occasion de s’accoupler avec des femelles même s’ils sont plus faibles physiquement que certains autres mâles présents. Cela nous laisse à penser que les marquages que nous ne pouvons percevoir qu’à la lueur de la lune, sont perceptibles en permanence par les autres membres de la harde. Cependant, la particularité de ces individus ne semble qu’être peu transmissible à la génération suivante, expliquant la rareté de tels animaux.

Comportement : Bien que vivant comme n’importe quel animal de la harde nous avons pu noter que ces animaux n’étaient jamais molestés par les autres. Ils semblent occuper une place un peu particulière dans la harde bien qu’aucun n’ait jamais été reporté comme leader. La plupart de ces animaux sont vénérés par les populations locales et des totems sont dressés à leur effigie par les autochtones. Ils espèrent ainsi que le prochain animal naissant croisera leur création et se couvrira ainsi de symboles compréhensibles par leur peuple. Même lorsqu’il est impossible de comprendre leurs secrets ces animaux restent sacrés et celui qui serait pris à faire du mal à un tel être serait sûr de s’attirer les foudres des peuples environnants. Ces animaux sont trop rares pour que l’on puisse se risquer à les abattre. Certains hommes et femmes choisis peuvent approcher ces cerfs. Ce sont souvent des ermites qui vivent parmi les hardes de manière permanente. Ils sont le lien entre la harde et leur peuple, étudiant avec attention les nouvelles marques lorsqu’elles apparaissent mais se tenant toujours à distance respectueuse pour ne pas toucher l’animal. Des prévisions sur les possibles catastrophes passant avant la connaissance de leur propre avenir. Ces ermites sont nourris par les habitants des villages à proximité desquels passent les hardes. Ils choisissent leur successeur lorsqu’ils sentent qu’ils ont fait leur temps. Nul ne sait ce qui est enseigné par ces êtres étranges.



Abeille rouge:Apis red

Taille :
 
Poids:

Caractéristiques physiques : Cet insecte ressemble à n’importe quelle abeille commune si ce n’est que le jaune est remplacé par du rouge. De plus, ses yeux à facettes se parent d’une couleur jaune assez vive, leur donnant un aspect peu engageant. Elles sont légèrement plus grosses que les abeilles communes.

Espérance de vie : 1 an
 
Reproduction : Comme tous les insectes de cette famille seule une reine donne naissance à l’ensemble des individus de la ruche. Seule la naissance d’une nouvelle reine nécessite la présence d’un mâle pour féconder les œufs. La naissance d’une nouvelle reine semble avoir lieu soit lorsque l’actuelle reine prend de l’âge soit quand la pression de population est faible, c’est-à-dire lorsque peu de ruches sont présentes alentour.

Comportement : Chaque individu a un rôle bien défini au sein de la ruche des abeilles qui prennent soin des larves aux ouvrières qui partent en quête de nectar. La hiérarchie est bien établie. Elles produisent un miel légèrement rougeâtre, comme si elle tentait de reproduire la couleur de leur propre corps. Ce qui rend ces abeilles particulièrement intéressantes pour les apiculteurs sont les propriétés curatives de leur miel. En effet, si le miel est connu pour aider à la cicatrisation, celui-ci permet d’aider les personnes en détresse respiratoire. Personne ne sait exactement pourquoi mais un onguent à appliquer sur la poitrine peut être produit à partir de ce miel comme produit de base bien que d’autres ingrédients soient indispensables pour obtenir l’effet désiré. Un fait moins connu est que la substance contenue dans le dard de ces abeilles peut être un dangereux neurotoxique si mixé avec les bons éléments. De très nombreuses piqûres peuvent avoir un effet similaire.



Ours a franges:Ursus fimbria

Taille : entre 1m50 et 1m70

Poids : 70 kg pour la femelle et jusqu'à 170 kg pour le mâle

Caractéristiques physiques : L’ours à frange est un assez petit ursidé, très loin d’atteindre la taille impressionnante de son cousin de grizzli il reste assez impressionnant. D’ailleurs, il vous semblera généralement beaucoup plus imposant qu’il ne l’est en réalité de part le volume de son poil. En effet, il a la capacité de moduler l’aspect et la consistance de sa fourrure, il lui est donc possible de se donner un effet bouffant pour sembler plus gros ou, au contraire, de se donner l’air d’un animal malade en rendant son poil terne et tombant. Les premiers individus observés présentaient cette stratégie de défense et c’est ainsi que l’ours à franges a acquis son nom commun. Comme la plupart des ursidés il possède des griffes suffisamment puissantes pour pouvoir se saisir des poissons ou pour creuser les troncs morts hébergeant des larves en tout genre. Sa gueule abrite des crocs de tailles respectables, davantage présents pour déchiqueter la chaire d’une charogne que pour chasser.

Espérance de vie
 
Reproduction : Comme n’importe quel animal de cette espèce, l’ours à franges est un animal majoritairement solitaire. Mâles et femelles s’accouplent durant l’été pour que les jeunes qui naissent au printemps suivant aient le temps de constituer suffisamment de réserves graisseuses avant la nouvelle hivernation. Si un mâle croise le chemin d’oursons il se peut qu’il les tue, qu’ils soient ou non potentiellement ses descendants n’a aucune importance, il ne s’agit que d’éliminer une future menace potentielle pour son territoire.

Comportement : Ce sont des animaux solitaires mais la mère va malgré tout élever ses petits pendant trois ans, les petits passeront donc deux hibernations en sa compagnie et ne la quitteront qu’au moment de trouver eux-mêmes leur caverne pour la troisième phase d’endormissement de leur vie. Ce qui est intéressant à noter est la capacité de faire ce que bon leur semble de leur fourrure, particularité citée un peu plus tôt. Cela peut en faire des adversaires particulièrement coriaces. En effet, ils peuvent tantôt rendre leur fourrure suffisamment dense pour obtenir quelque chose de presque aussi solide qu’une carapace tantôt ils parviennent à la rendre suffisamment molle pour qu’elle absorbe les chocs. Néanmoins, n’est en aucun cas impossible de les tuer puisque les effets de durcissement et d’élasticité deviennent moins puissants à mesure qu’ils tentent de l’étendre à de larges parcelles de poils. Une fois l’animal tué, vous pourrez récupérer des poils d’une grande douceur et d’une grande qualité marchante. Cette fourrure ressemble d’ailleurs davantage à la toison que l’on peut récupérer sur un mouton qu’à une fourrure au sens propre du terme. Il est donc possible de récupérer la toison tout en conservant la peau qui, une fois tannée, représente un excellent matériaux isolant.



Loup Commun:Canis Lupus

Taille: entre 1m20 et 1m50

Poids: 40 kg au maximum 

Caractéristiques physiques: Le Loup commun est un animal à l’allure canine possédant un pelage gris parfois constellé de poils plus ou moins foncés allant du noir au blanc en passant par le brun. Possédant des membres assez courts, il est cependant assez puissant possédant des muscles saillants lui permettant de chasser et de poursuivre ses proies avec un minimum d’efforts. Possédant des griffes acérées et des crocs aiguisés, il peut infliger à quiconque l’agresse une griffure ou une morsure mortelle. Mais ses armes ne sont pas ses seuls atouts puisque le principal outil du loup est sans conteste son flair qui lui permet de détecter une proie ou un danger à plus de 15 km autour de lui lorsque le vent est favorable.

Espérance de vie: Le loup commun à une vie d’environ 15 ans mais on rapporte certains individus ayant vécu plus de 20 ans.

Reproduction: Vivant en meute, chaque mâle lutte contre ses confrères pour obtenir un privilège auprès des femelles et ainsi se reproduire, en laissant à sa descendance ses atouts. L’accouplement se fait le plus souvent au printemps et chaque année, le mâle ayant obtenu son harem l’année passé se voit défié par les autres loups disputant alors les femelles. S’il veut conserver sa progéniture et son rang, il doit se battre pour prouver sa puissance et sa supériorité. Les louves mettent alors au monde entre 1 et 6 petits qui seront dépendants de leur mère pendant leurs 5 premiers mois. Une fois cette période révolue, ils sont alors intégrés à la meute et sont traités comme n’importe quel autre loup.

Comportement: Comme la plupart des canidés, le loup commun vit en meute hiérarchisée où le mâle dominant fait office de chef et de reproducteur. Tout se fait en groupe au sein d’une meute de loups, et c’est ce qui fait la force de cet animal. En effet, un individu seul, bien qu’il soit puissant, ne peut rivaliser contre un prédateur… Par contre, lorsque la meute attaque un prédateur, il en est tout autrement grâce à l’esprit de groupe qui uni les loups. Bien que le groupe soit un aspect fondamental de la vie des loups, il arrive que ces derniers vivent en solitaire, soit par contrainte, s’ils ont été chassés de leur propre meute ou bien par choix, lorsqu’un individu devient assez vieux et sage pour vivre seul… De nature calme, le loup est assez craintif s’il est seul mais il est également possible de l’apprivoiser si l’on connaît les méthodes permettant de l’approcher. 



Tentaroc:Tentaculis lithos

Taille: de 20 cm jusqu'à 180 cm de diamètre

Poids: entre 50 g et 10 kg

Caractéristiques physiques: Le Tentaculis Lithos, aussi appelé communément le tentaroc par les peuples indigènes, est une créature dont l’origine nous est encore inconnue. Si vous marchez dans les montagnes aux allures rocailleuses, vous croiserez sûrement cette créature qui, semblant à un rocher, se fond dans le paysage. Mais détrompez-vous, la plupart des rochers autour de vous sont en fait ces petites créatures tentaculaires. Le corps des tentarocs est composé d’un matériau ressemblant fortement à la roche et il serait capable de s’adapter au type de roches qui composent l’environnement dans lequel il naît. Ainsi, il peut se camoufler quasiment parfaitement dans la plupart des environnements. Aussi, on rapporte certains témoignages disant que les mousses et les lichens peuvent élire domicile sur le dos de ces créatures, améliorant encore une fois leur exceptionnelle symbiose. Capables de voler, on peut voir sous ces créatures des tentacules rosées leur permettant de se déplacer au sol en rampant lorsqu’ils sont posés... 

Espérance de vie: Le Tentaculis Lithos vit en moyenne entre 2 et 5 ans.

Reproduction: D’après les témoignages, le Tentaculis Lithos est capable de se reproduire par mutilation, séparant tout simplement son corps en plusieurs parties formant ainsi de nouveaux individus. Cependant, s’il se brise en deux sans la volonté de se reproduire, il meurt. Il semblerait alors qu’un processus internet encore inconnu permettrait leur reproduction. Il n’existe à ce jour aucun témoin d’une reproduction sexuée entre ces créatures bien qu’il est envisageable qu’elle existe. En effet, on remarque souvent dans les montagnes des empilages de tentarocs en colonnes pouvant atteindre plusieurs mètres et ce comportement pourrait bien être un signe qu’il existe une reproduction entre ces êtres.

Comportement: Les tentarocs ne sont pas agressifs et ils se contenteront seulement de vous observez si vous entrez dans leur territoire où ils vivent en groupe de nombreux individus. Mais faites attention car si vous attaquez un membre de la colonie, vous devez faire face à des dizaines de rochers volants. On ne sait pas pas encore exactement comment mais le Tentaculis Lithos est capable d’utiliser la télékinésie pour soulever des rochers, de petits objets ou bien leurs ennemis pour se défendre ou attaquer. Agissant seuls, sa puissance magique est très faible mais en groupe, ils sont plus forts, coopérant pour soulever des masses plus élevées. Leur capacité à utiliser la magie a émerveillé les indigènes au point de devenir sacrés à leurs yeux. 



Nazgul:Nazgul Varinis

Taille: de 2 m à 15 m selon les récits et les témoignages

Poids: Inconnu

Caractéristiques physiques: Le Nazgul est une créature terrifiante dont on ne sait que très peu de détails… En effet, ses rares apparitions, depuis des siècles immémoriaux jusqu’à aujourd’hui n’ont laissé que peu de survivants pour en parler. On dit que les Nazguls posséderaient 3 formes connues regroupées par niveau, chaque niveau étant plus puissant que le précédent. Ils seraient armés de Varinium et il est raconté qu’ils utiliseraient la Magie Noire. Il semblerait que les Nazguls ne soient créés que de Magie Noire avec un corps immatériel et qu’ils ne craignent pas les armes classiques. Dotés d’une armure noire comme le montrent de nombreuses fresques relatant d’un éventuel apocalypse, ils seraient constitués d’une matière ressemblant à de la fumée épaisse, tel un fluide impossible à saisir…

Espérance de vie: Inconnue

Reproduction: Il semblerait à ce jour que les Nazguls soients créés par de puissants sortilèges que les habitants de la terre ne maîtrisent pas…. Il n’existe alors aucune reproduction de ces êtres, s’ils existent bien sûr….

Comportement: Certains parlent de malédictions mais d’autres disent que cette créature n’existe que dans les contes pour faire peur aux enfants. On peut également lire parfois que le Nazgul a été par les hommes et qu’un Nazgul de niveau 4 existerait en Assiah. Dans tous les cas, cette créature aurait été invoquée dans le but de détruire toute espèce vivante croisant son chemin… Elle serait sans pitié et serait capable d’utiliser la magie pour se déplacer et ainsi se téléporter, voler ou même invoquer une monture. 



Cergase:Cervus ala

Taille: jusqu’à 2m50 de long pour une envergure allant jusqu’à 6 m.

Poids: de 60 à 130 kg

Caractéristiques physiques: Le Cergase est une créature majestueuse et élégante vivant sur les montagnes Astrales dans les plateaux de marbre. D’apparence cervidale, ils ressemblent de très près à des cerfs étant leurs cousins mais ils possèdent des plumes soyeuses et des ailes leur permettant de voler et leur pelage est teinté de gris argenté. Possédant des pattes puissantes, ils peuvent sauter de falaise en falaise s’aidant de leurs ailes pour planer sur de longues distances. Leurs bois sont fait d’une matière à la fois soyeuse et brillante ce qui en fait un matériau très prisé. Cependant, s’il est arraché de force, un bois perd immédiatement sa couleur et revêt alors une couleur brune peu attirante.

Espérance de vie: Plus de 20 ans

Reproduction: Lors de la période des amours, les plateaux de marbres revêtent une ambiance de fête et offrent un spectacle unique au monde. En effet, pour se reproduire, les cergases se livrent à un ballet aérien spectaculaire enchaînant vrilles, pirouettes et courbes gracieuses dans les airs. Pendant près d’une heure, les mâles impressionnent les femelles exécutant des figures dangereuses mais très impressionnantes et lorsqu’une d’entre elles est conquise, elle rejoint de mâle et vole avec lui pendant plus de 3 heures jusqu’à la tombée de la nuit où elle ira se reproduire avec le mâle qu’elle a choisit. Les cergases restent en couple pendant toute leur vie et la mort de l’un des amants l’autre se laisse dépérir en refusant de s’alimenter et finit par mourir.

Comportement: Vivant en groupe, les Cergases sont des animaux grégaires et ils ne peuvent pas vivre sans leurs congénères. Il est fréquent de les voir jouer dans le ciel avec d’autres cergases et cela fait partie de leur mode de vie, peut importe leur âge. Ce sont de grands herbivores se nourrissant exclusivement de plantes trouvées sur les îles de marbre flottant au large des chaînes montagneuses. Bien que ce soit une tâche ardue, il est possible d’apprivoiser le cergase ce qui en fait une monture idéale, pouvant aussi bien voler que galoper. Cependant, il ne peut pas porter de trop lourde charge pendant longtemps et il est donc difficile de faire de longs trajets en volant avec lui. 



Ver de sable:Lumbricus sabulum

Taille: entre 3 et 20 m

Poids: jusqu’à 300 kg

Caractéristiques physiques: Le ver de sable est une créature passant la majorité de sa vie enterrée dans le sable brûlant du désert. Possédant un corps nu et mou couvert de seulement d’une peau fine ornée de poils sensoriels et de quelques plaques cuirassées sur ses organes vitaux, il est très vulnérable lorsqu’il est à découvert. Véritable tuyau vivant, il a une apparence longiforme et possède une gueule allant de 2m à 5m de diamètre ornée de dents pointues tapissant toute sa paroi abdominale en faisant ainsi un broyeur très efficace et redoutable.

Espérance de vie: Inconnue

Reproduction: Le ver de sable à une méthode de reproduction de plus surprenantes. En effet, étant un prédateur redoutable, le ver utilise également cet atout pour se reproduire. Pour se faire, lors des journées chaudes d’été, les femelles partent en chasse attrapant toute proie passant sur leur trajet. Elles peuvent parcourir ainsi des centaines de kilomètres. Lorsqu’une femelle a attrapé sa proie, elle ne la consomme pas mais la garde bien tenue au bout de sa gueule s’enterrant pour ne laisser que l'appât dépasser du sol… Faisant alors vibrer sa queue, elle attire les autres vers dans sa direction et si par chance un mâle attrape la proie, il se fait dévorer par la femelle enterrée assurant ainsi par digestion de ses organes reproducteurs la fécondation.

Comportement: Vivant en solitaire, le ver de sable utilise une technique de chasse très efficace en laissant le bout de sa queue dépasser du sable lorsqu’il s’y enfouit. Lorsque la nuit tombe, on peut voir de nombreuses petites lucioles s’agiter dans la pénombre désertique, le bout de la queue de ces animaux étant luminescent. Mais méfiez-vous car cette lumière est sécrétée par le ver pour attirer ses proies et les piéger dans deux féroces mâchoires avant de les étouffer sous le sable. Essentiellement nocturne, il arrive que certains animaux ou aventuriers tombent dans le piège d’un ver de sable terré sous la surface mais cela reste très rare, la chaleur brûlante les poussant à s’enterrer bien plus profondément. Ce genre d’attaque n’est alors qu’un accident mais cela est tout au profit de l’animal au caractère opportuniste. 



Griffeur:Bestia unguis

Taille: 3m de long

Poids: Entre 50 et 175 kg

Caractéristiques physique: Le Griffeur est une créature Arachnide s’étant adaptée à son environnement en développant un membre ressemblant à une queue de poisson. De taille assez imposante, il mesure environ trois mètres de long et possède une carapace solide le protégeant à la fois du soleil et de ses agresseurs potentiels. Son point faible reste sa queue, qui pour mieux se mouvoir est dépourvue de plaques osseuses, ce qui le rend particulièrement vulnérable quand il nous tourne le dos. Mais le Griffeur est également un prédateur redoutable et en plus de sa furtivité, ses membres inférieurs sont pourvus de deux pinces puissantes ornées de griffes acérées lui permettant de déchiqueter ses proies et ses huits yeux luisant de rouge sont à la fois d’excellents capteurs optiques et de chaleur.

Espérance de vie: une dizaine d’années

Reproduction: Les griffeurs vivent seuls et en période d’accouplement, la femelle abandonne des oeufs sur le sable en espérant qu’un mâle les trouve pour les féconder. La soif de sang de cet animal est telle que la reproduction n’est possible que par ce moyen, les deux animaux finissant entretués sans s’être reproduits dans le cas contraire. Il n’est alors pas rare de trouver des oeufs sur le sable, bien qu’ils soient considérés comme une denrée rare. Ceci dit, une fois éclos, le premier né de la portée s’offre son premier repas sur ses frères et soeurs qui n’ont même pas le temps d’ouvrir les yeux de leur courte vie.

Comportement: Grand chasseur, le Griffeur possède des organes sensoriels très développés qui sont capables de détecter la signature thermique de ses proies à plusieurs kilomètres de lui. Sa vitesse de pointe est de 60 km/h lorsqu’il nage sous le sable à l’aide de sa queue puissante afin de chasser ou de fuir. Extrêmement rapide, on dit que l’attaque d’un griffeur n’est perceptible que pendant un quart de seconde à partir du moment où il sort du sable, attrapant sa proie et l'enterrant vivante sous terre. Espèce à la fois diurne et nocturne, il passe sa vie à errer dans le sable et ne loupe jamais une occasion de se nourrir. 



Sanglier:Sus scrofa

Taille : Entre 55 et 120 cm au garrot et de 90 à 200 cm de long

Poids : entre 60 et 100 kg

Caractéristiques physiques :
Le sanglier est un animal massif pouvant atteindre des tailles remarquables. Possédant des muscles puissants et un corps lourd, il peut causer de lourds dégâts matériels lorsqu'il charge en plus d'être pourvu de deux longues défenses pour le mâle lui permettant principalement de creuser mais qui peuvent servir d'arme redoutable. Le mâle est bien plus massif que la femelle qui peut être jusqu'à deux fois moins lourde que ce dernier.
Son corps est recouvert d'un cuir charnu et très résistant qui le protège des éventuels prédateurs et des chasseurs. En effet, un simple arc ne suffit parfois pas à abattre l'animal tellement le cuir peut être dur.

Espérance de vie : de 10 à 30 ans

Reproduction :
Une fois par an, les sangliers se rassemblent autour des principales zones de fourragement où ils se nourrissent afin de se reproduire. Lors de cette période, chaque mâle tente sa chance afin de conquérir une ou plusieurs laies, ou sangliers femelles, en affrontant les autres sangliers se livrant à des combats violents et parfois meurtriers. A l'issu de ces combats, les perdants sont chassés à coups de défense et les mâles restants partent menant leur harem de femelles avec lesquelles il restera pendant un mois le temps de se reproduire. Les laies sont ensuite en charge de leur progéniture et mettent bas de 2 à 10 petits qui se sépareront de leur mère à l'âge de 4 à 5 mois. 

Comportement 
Les sangliers ont un mode de vie différent selon leur sexe. En effet, bien que les mâles soient le plus souvent solitaires, les femelles vivent en groupe hiérarchisés qui leur permettent de se protéger mutuellement en cas de danger, étant plus petites et dépourvues de défenses. Dans le groupe, c'est la femelle la plus en chaleur, la plus vieille et qui hérite du plus de petits qui fait office de cheffe tandis que les plus jeunes, encore infécondes, ne comptent que peu. Ce titre de cheffe est remis en cause lors de la période de reproduction.
Les mâles quant à eux, vivent toute l'année en solitaire et ne ratent aucune occasion d'éliminer ou de rabaisser leur rivaux. Cette rage rend un sanglier très dangereux, car il attaquera quiconque, sanglier ou non, entrera sur son territoire.



Arbre de Fer:Ferrum si Linen

Taille : de 6 à 18m.

Poids : de 300kg à 6t.

Caractéristiques physiques : Ce sont des arbres en apparence normaux, mais ils sont vivants. Ils ne deviennent pas vivants dès leur naissance ni du jour au lendemain, cela se fait petit à petit par l'accumulation de psychée. Ils ont été repérés dans les forêts maltraitées mais on ne sait pas s'il existent dans toutes les forêts et aucune personne censée n'oserait s'attaquer à eux. Ils peuvent se déplacés et bouger comme ils le souhaite. Ils n'ont pas de visages ou de jambes ni de bras réellement marqués. Ils perçoivent leur environnement par la psychée se trouvant dans l'air et les ondes mécaniques et les rayonnements. Ils peuvent recouvrir leur écorce d'une fine couche d'un métal très résistant les rendant ainsi beaucoup plus solides et leur permettant de faire plus de dégâts.

Espérance de vie : jusqu'à 1200 ans.

Reproduction : Reproduction normale d'un arbre. Comme toutes les plantes, les arbres se reproduisent par la germination des gamètes femelles (oosphère) avec les spermatozoïdes, lesquels sont produits par des inflorescences, au bout de quelques années (10 ans chez le robinier, 10 à 20 ans chez le bouleau, et 60 ans chez le hêtre ou le chêne sessile). Il revit à partir des racines ou par la base du tronc. D'autres s'étendent par marcottage ou en descendant des racines aériennes qui prendront assise dans le sol

Comportement : Ils défendent les forêts. Ils n'attaquent que dans leur zone il ne se déplace que très rarement si ce n'est pour défendre la forêt. Dans certains cas ils peuvent aussi attaquer de simples passant ou des animaux la raison est encore inconnue. Probablement par méprise.



Nuage Fétide:Sarcophaga fetida

Taille : jusqu'à 2 m de haut pour 1 m de diamètre

Poids : Inconnu

Caractéristiques physiques :
Le nuage fétide est en réalité un essaim de plusieurs milliers d'insectes volants de couleur rouge sang se regroupant ainsi pour apparaître tel un prédateur redoutable bourdonnant et menaçant. En se déplaçant, ils soulèvent la poussière et les petits objets alentours prenant alors encore plus d'importance.  

Espérance de vie : Inconnue

Reproduction :
Cette espèce d'insecte se reproduit en pondant des milliers d’œufs sur les restes de nourriture qu'ils laissent pour le développement de leur progéniture. Pondus tous en même temps, les oeufs éclosent tous en même temps pour se transformer en larves voraces qui une fois ayant fini leur repas se transforment en cocons qui s'ouvrent au même moment, mûs par un instinct de groupe pour former un nouveau nuage. Le cycle depuis l'oeuf jusqu'à l'adulte se déroule en à peine une semaine, mais si les conditions sont favorables, il n'est pas rare qu'il dure moins.

Comportement :
On trouve les nuages fétides dans les anciennes caves, les donjons abandonnés ou bien dans les grottes sombres et humides. Se déplaçant toujours en groupe, les insectes possèdent un organe de détection leur permettant de repérer une proie en putréfaction à plusieurs centaines de mètres, bien qu'elles soient aveugles.
Pendant les périodes où la viande se fait rare, ils n'hésitent pas à aller chasser se servant de leur flair et attaquent toute personne passant à proximité, le dévorant petit morceau par petit morceau et infligeant des morsures mortelles par centaines de milliers.